Don't Eat Too Much !

Nouveau

On n’abandonne pas les fantômes avec Blue Box !

Après des mois et des mois d’attente, le nouvel EP de Blue Box est désormais disponible ! Et c’est du côté des fantômes que nos quatre frenchies nous embarquent à travers leurs cinq compositions aux sonorités toujours aussi indie ! Comme le précédent EP, Don’t Give Up The Ghost est trop court mais toujours aussi sympathique à écouter.

On débute avec un Earlier aux sonorités très Two Door Cinema Club. Un titre qui sonne très estival – en total paradoxe avec la grisaille actuelle. J’aime beaucoup les instrus du morceau – très légères au début, un peu rock’n roll sur la fin. Autant dire que cet EP débute plutôt bien. On continue avec Ghost, le single de l’EP, déjà dévoilé depuis quelques mois : un morceau dynamique et frais mais qui sonne un peu trop Bloc Party pour moi – donc un peu trop déjà-vu pour moi !

Je ne m’attarde pas et on passe à It’s Too Late – une pop song comme je les aime. Alors autant dire que je suis totalement partagée par le morceau. Il y a une partie de moi qui adore – mais vraiment – et l’autre qui me dit que je suis en train de réécouter Banquet de Bloc Party – et ça me dérange…Toutefois, la partie qui aime le morceau prendra l’avantage !

Après le retard, place à la nonchalance avec No One Cares – une indie song bien sympa, moderne et plus rock’n roll que les précédentes.  Les guitares suintent et l’énergie du groupe se montre vraiment communicative. Enfin, c’est déjà la fin et on termine cet EP au fin fond de l’Ocean. Avec ce dernier titre, la boucle est bouclée. Un gros coup de coeur pour cette pop-song dramatique aux arrangements bien ficelés.  Et mince, c’est déjà la fin…18 minutes c’est juste trop court !

En tout cas, et pour ceux qui auraient la flemme de lire ce pavé – autant dire que Don’t Give Up The Ghost est un EP à écouter sans se lasser. Le temps d »un instant, il parviendra à vous faire oublier la grisaille parisienne et même si vous ne comprenez pas un mot d’anglais, l’énergie du groupe est suffisamment communicative pour palier la barrière linguistique. Même si les Blue Box ne révolutionnent pas la sphère musicale, ils imposent leur style avec un talent non dissimulé. J’attends la suite 🙂

La cover du jour revient à…Woodkid

« I was kind of bored today so I recorded a cover of this beautiful song by Adele » – tels sont les mots de Woodkid reprennant magnifiquement bien Someone Like You de Adele. Autant dire que des covers de la chanteuse, j’en ai entendu mais venant de lui, il faut dire que j’étais surprise. Mais en bien. Je vous laisse découvrir ! Bonne nuit à tous !

Avec Woodkid on ne s’arrête jamais de courir !

Woodkid is back ! Après le succès de Iron, Woodkid dévoile son nouveau single intitulé Run Boy Run, dont le clip a été devoilé aujourd’hui sur sa chaîne You Tube officielle. Dans la lignée de son précédent single, Run Boy Run s’annonce d’ores et déjà comme un succès avec plus de 13 000 vues en moins de quatre heures. Le nouvel EP de l’artiste éponyme au single est disponible sur Itunes et occupe déjà les premières places. Rappelons, que Woodkid donnera un concert exceptionnel au Grand Rex le 26 septembre prochain. Toutefois aucune date officielle n’a été annoncée pour la sortie du premier album The Golden Age. Va falloir être patient…

On se quitte avec le clip de Run Baby Run. Je ne m’en lasse pas !

Mains en l’air pour The Bewitched Hands !

Nous sommes le lundi 21 mai 2012. Il est exactement 18h49 et je débroussaille mon meuble à CD’s. Aujourd’hui mon humeur musicale se veut positive, dynamique, évasive et un peu nostalgique. Elle se veut Bewitched Hands. Mais qui a dit que les Français ne savaient pas faire de la bonne musique ?!

Ils sont 6 rémois. Ils font un tabac outre-atlantique. Ils portaient autrefois un nom trop long, presque impossible à orthographier et difficile à prononcer. En octobre 2010, ils sortent Birds And Drums. Et rien qu’en regardant la pochette, on s’imagine à un album haut en couleurs.

On insère le CD, et on laisse le temps défiler. On est contents : Happy with You démarre. Une chanson digne des séries made in CW. Sûrement la chanson la plus commerciale de l’album. Elle ne reste pas moins agréable à écouter. Next song. Birds and drums m’embarque dans les 60’s. On se croirait en été, alors qu’il fait -1. Un savant mélange des Beach Boys, MGMT tout en conservant LEUR identité musicale.

2 minutes 30, les oiseaux laissent place aux sous-vêtements. Avec Underwear, ils demeurent dans la dérision. Le texte se veut léger, mais pas trop. A quelques moments le groupe est à la limite du too-much, surtout avec So Cool, où les choeurs sont juste assourdissants. On zappe.

Ambiance rock’n roll avec Cold. Une chose est sûre, le groupe portait peut-être un nom trop long, mais leurs chansons sont trop courtes ! On retourne au travail avec Work. Sûrement un des meilleurs morceaux de l’album. Le texte, les choeurs, le rock tout est en place 🙂 Aucune objectivité pour cette chanson. C’est juste du bonheur.

Le niveau monte encore d’un cran avec le transcendant Hard To Cry. Un vrai petit bijou. L’intensité des choeurs augmente crescendo, et c’est juste fantastique. Le texte est vraiment bien écrit. Ils maitrisent la douceur et l’émotion. Et ces 5 minutes, paraissent en durer 2. L’explosion en dernière minute mérite d’être entendue. C’est vraiment LE morceau de l’album.

Bien sûr après un morceau d’une telle intensité le cool Out of Myself passe inaperçu. Je ne dis pas qu’il est nul. Il est juste moins bien. On continue avec Kings Crown. Un morceau sympa, rock’n roll, électronique, un peu assourdissant. Autant sur certaines chansons, les choeurs sont agréables, autant sur d’autres ils sont assourdissants ! On continue sur la lancé avec 2 4 Get, qui commence très mal. Mais si on prend la peine de s’accrocher, cette chanson se révèle assez originale. Elle alterne plusieurs styles, et c’est bien fait !

Le rock’n roll laisse place à la douceur de Staying Around. Encore un petit bijou. Une petite touche d’émotion supplémentaire. Un refrain qui trotte dans la tête. Cette petite ballade rétro marque une pause avec les chansons précédentes. Un son très MGMT. Un réel coup de coeur !

Si David Bowie avait rencontré les Beach Boys en 2010, alors ils auraient peut-être écrits Sea. La rencontre n’a pas eu lieu. Mais les Bewitched Hands l’ont bien imaginé. Sea est entrainante. Un tube potentiel ?!

Enfin on termine avec Sahara Dream qui aurait pu avoir une place dans le Cercle des Poètes disparus si elle avait été écrite 10 ans plus tôt. Donc on se dit aurevoir..mais un aurevoir rock’n roll. David est parmi nous pour la fin de l’album. Une jolie conclusion. Alors un grand merci aux Inrocks pour la révélation 🙂 Et pour conclure, on se quitte Sur le Quai – une chanson en français, originale et…conceptuelle !

Un retour discret pour Amy MacDonald

A trois semaines de la sortie de son troisième album Life In A Beautiful Light, Amy MacDonald dévoile le clip de son nouveau single Slow It Down. Un  clip très printanier qui a été dévoilé il y a maintenant deux semaines et dont le succès s’est fait très discret avec à peine plus de 100 000 vues. Toutefois, fidèle à elle même, la chanteuse nous propose une jolie ballade pop dont les influences Travis-iennes se font bien ressentir. A découvrir d’urgence 🙂

Les vierges sont de retour !

On attendait leur retour depuis un petit moment. Les auteurs de Rich Girls, One Week Of Danger et Private Affair reviennent enfin sur scène – et c’est à Paris que The Virgins se produira le  5 juin prochain à la Cigale à l’occasion du Jalouse Rocks en compagnie de Hanni El Khatib et The Dough Rollers. Si vous souhaitez m’offrir un joli cadeau, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

En attendant, nos américains dévoilent leur dernier single Venus In Chains – un titre qui sent bon l’été. A découvrir d’urgence !

La cover du jour revient à…School Is Cool

Qu’il est bon de revenir sur les bancs de l’école en compagnie de nos amis belges de School Is Cool ! Mais quand le corps enseignant reprend Lana Del Rey, ça donne une jolie cover de Video Games. A découvrir d’urgence !