Don't Eat Too Much !

Archives d’Auteur

Les BB Brunes grandissent !

Finies les rock’n roll parties où les guitares grincent et où les amplis sont survoltés ! Les BB Brunes freinent leur rock’n roll mania et s’essaient à un style plus électronique – sans abandonner les guitares pour autant ! Si pour l’instant on ne connait que le titre de leur prochain album – Long Courrier, dont la sortie est prévue pour le 24 septembre prochain – le groupe revient sur le devant de la scène avec un premier extrait Coups et Blessures qui s’annonce fort prometteur.

On est bien loin de Dis-Moi, Houna et autres teenager-ies de ce sens ! Les BB Brunes ont bien grandi depuis Blonde Comme Moi, et ça se sent. Déjà avec Nico Teen Love, ils s’affirmaient dans leur registre rock’n roll, prouvant bien au plus cynique que le groupe ne valait pas rien. La preuve est là – 3 ans après Nico Teen Love, le quatuor français prépare son retour sur la scène française, avec un album plus mûr et plus recherché que les deux précédents.

Si les guitares se sont calmées, c’est pour mettre davantage en valeur le timbre de voix du compositeur et interprète Adrien Gallo, qui n’a rien perdu de son talent de songwriter. Pour ce premier extrait, la dérision et la décadence seront mise en avant sur un voile pop-rock rappelant étrangement un savant mélange de Deportivo et Indochine. On aime ou on déteste…en attendant on découvre et on écoute 🙂 BB Brunes are back et je ne tarderai pas à vous en reparler.

 

Publicités

Metric choisit le synthétique à la fantaisie !

Il est loin le temps des Fantasies, où Metric cantonnait des pop songs hypes et modernes ! Après le succès de Gold Guns Girls, Help I’m Alive, et j’en passe…Le groupe canadien revient sur le devant de la scène avec une corde supplémentaire à son arc – Synthetica.

Non Synthetica ne fait pas référence au synthétique ! Non cet album n’est pas surfait ! Oui Synthética est plus électronique 🙂 Les guitares se font plus ardentes, et les synthétiseurs imposent leur style dans des titres tels que Speed The Collapse ou encore Breathing Underwater.

C’est donc plus mature que la formation canadienne revient sur le devant de la scène. Il aura fallu plus de 3 ans pour trouver un digne successeur à l’inoubliable Fantasies. Est-ce que c’est chose faite ? En partie…

La voix d’Emily Haines demeure toujours aussi envoûtante. J’avoue n’avoir aucune objectivité tant son timbre de voix me plait. Maintenant, il faut bien l’avouer Synthetica n’est pas meilleur que Fantasies, pas même aussi bien. Je dirais plutôt que cette nouvelle production alterne le bon, comme les mauvais (titres) – ce qui est dommage !

Je pense que si vous voulez vous faire une idée de l’expérience musicale de l’album alors Artificial Nocturne résume assez bien l’album : « I’m just as fucked up as they say« . Placé en tête d’album, on est automatiquement propulsé et intégré dans l’univers indie électronique de Synthetica. Aussi, si vous êtes un peu fainéants et que vous n’avez pas envie d’écouter la lourdeur de morceaux comme Youth Without Youth – je vous dirais de vous concentrer sur Speed The Collapse, Breathing Underwater, Dreams So Real et Lost Kitten – titres dont la transition plus électronique est réussie et titres qui nous rappelle également l’univers de Fantasies.

A cela, on pourra également ajouter The Wanderlust, en duo avec Lou Reed qui se distingue plutôt bien. The Void, quant à lui reste écoutable sans forcément trop en faire ; un titre facile, un titre estival. J’ajouterai également le titre Clone, qui me rappelle certaines mesures de Blindness

Maintenant, pour le reste, on oubliera simplement l’existence de ces titres, pour la plupart un peu vide, un peu trop Muse, un peu Garbage..mais pas Metric pour un sou.

Si Synthetica n’est pas à la hauteur de Fantasies, ce n’est pas pour autant qu’il mérite d’être jeté aux oubliettes. Si tout n’est pas parfait, les bons titres quant à eux, restent à la hauteur de nos espérances. Un album en dents de scie, sauvé ou sublimé par Emily Haines. J’attends la suite…


Retour raté pour Muse !

Après l’Euro, les J.O ! Et c’est le groupe anglais Muse qui a été désigné pour composer l’hymne des Jeux Olympiques 2011. Si le choix du groupe est intéressant – le morceau quant à lui l’est nettement moins. Survival est juste à la limite de l’inécoutable. L’orchestre philharmonique combiné au faux plagiat de Freddie Mercury est à la limite de la cacophonie.

Une grosse déception quand on sait ce que le groupe est capable de faire. Si vous ne connaissez pas encore Survival, rassurez-vous, les JO 2012 véhiculeront assez rapidement l’information. Sur ce, l’Euro n’est pas finie et j’ai un match Allemagne-Italie à regarder ! Bonne soirée.


Un nouvel album country pour Amy MacDonald

Entre les exams, le travail, les nuits blanches et un semblant de vie sociale, j’ai totalement délaissé mon activité de bloggeuse. Shame  on me ! Toutefois, ce petit break dans la sphère musicale, n’a pas empêché la musique de faire parler d’elle. Trêve de plaisanteries et passons à l’essentiel. Pour vous, j’ai écouté le dernier Amy MacDonaldLife In A Beautiful Light sorti la semaine dernière. Amateurs de country, attachez bien vos ceintures, car la petite Amy nous a encore réservé de belles surprises.

CD inséré et déjà 4th Of July annonce la couleur. Un joli morceau country porté par la voix d’Amy. En plus, le titre est un petit clin d’oeil à mon anniversaire imminent. D’une pierre, deux coups 🙂 Très rapidement, on passe à Pride et à Slow It Down. Pareillement, les titres m’enthousiasment. Je suis une vraie fan de la voix de la chanteuse donc je ne peux qu’être séduite. Et sincèrement la country lui va très bien – bien mieux que le pop/rock de son précédent album.

Toutefois, les titres passent, et on peut leur reprocher leur ressemblance – aussi bien au niveau des arrangements et de la rythmique. C’est pourquoi The Furthest Star, The Game et Across The Nile passent un peu inaperçus. Encore une fois, ces propos n’engagent que moi. Je me réveille pour The Days Of Being Young And Free, chanson entraînante, rythmée, dansante ; bref j’adore ! Mais après un titre dynamique, on retombe la pression sur Left That Body Long Ago. Des percussions, une guitare pour laisser le champ libre à la voix de la chanteuse. Une chanson riche en émotion. Dépressifs s’abstenir !

Après l’émotion, passons au titre qui a valu le nom de cet album. Life In A Beautiful Light est un pur titre de country comme on les aime – à la fois entraînant et dramatique – même si la fin du morceau me laisse un peu sur ma faim. Vient ensuite Human Spirit, qui est définitivement le titre que j’aime le moins de l’album. A force d’écouter des titres qui se ressemblent, ce titre est sûrement la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Place dés à présent à The Green And The Blue, qui est de son côté un de mes gros coups de coeur de l’album, qui sonne par ailleurs très Johnny Cash. Je suis fan. Enfin, place à la conclusion de l’album avec In The End – un titre qui boucle correctement la boucle – mais sans trop en faire. Si vous avez eu le courage de lire toutes ces lignes, je vous félicite.

Sinon, lisez ce petit paragraphe et ça suffira 🙂 Pour ce troisième album, Amy MacDonald s’essaye à la country – un registre qui lui va plutôt bien. Life In A Beautiful Light est un joli recueil composé de treize titres. Pour ma part, je me suis laissé porter par cet album et j’ai passé un agréable moment – même si on peut reprocher une certaine uniformisation des titres. Toutefois, la voix de la chanteuse est suffisamment atypique pour ne pas se lasser. Donc pour conclure proprement : T-Art a écouté et T-Art a aimé ! Voilà c’est dit.


La cover du jour revient à…Eels

Aujourd’hui, une nouvelle vague de nostalgie m’a prise et me voilà en train d’écouter un vieux tube de Magnapop ! Peu après sans savoir pourquoi, je retombe sur un vieil album de Eels. D’un seul coup, la mémoire me revient et je retrouve cette cover, tout juste sublime. Open The Door by Eels, c’est juste joli !


Vacances avant l’heure en compagnie de Holidays !

Grisaille quand tu nous tiens ! Non mais franchement, nous sommes le 23 mai et le soleil joue encore aux abonnés absents. A quand l’été ? Ou plus modestement, à quand le printemps ? Mais ce groupe italien – Holidays – n’en à que faire et nous nargue avant l’heure en nous faisant voyager avec sa dream pop ensoleillée. Dans la lignée de The Drums, ce groupe italien promet de faire danser nos petits corps tout blancs cet été…mais ne vous inquiétez pas, je vous en reparlerai bien vite.

En attendant, ne nous laissons pas abattre et laissons nous envahir par la fièvre Holidays, dont voici le clip Holes – premier single de l’album Young Love – ci-dessous. Ne vous fiez pas à la première minute de vidéo car vous risquez de passer à côté de quelque chose. Et surtout ne dites pas que je vous avez pas prévenu !


La cover du jour revient à…The Killers

C’est derrière une ambiance nostalgique que mon mercredi soir s’achève. Après Titanic, je remonte le temps et retrouve Leonardo Dicaprio dans Romeo And Juliet en compagnie de Claire Danes. Mais mieux, je me rappelle de la cover de Romeo And Juliet by The Killers – toute aussi fantastique que la version proposée par Dire Straits. Je vous laisse découvrir !